JOHANN RIVAT

  • 2018 (Prévision)

o.m.g.u.f.o – malerei painting peinture, Galerie Brigitte March, Stuttgart, Allemagne

  • 2017

Le dernier Homme, centre d’art de Flaine, Flaine

Année zéro, centre d’art le Bélvédère, Uriage

  • 2016

On ne ment jamais sans le vouloir, Galerie Metropolis, Paris

  • 2015

Picturodrome, L’Angle, espace d’art contemporain, La Roche sur Foron

  • 2014

“Uncivilized#, Galerie Metropolis, Paris

Picturalisme, Galerie Showcase, Grenoble

  • 2013

No Hope, No Fear, Galerie Metropolis, Paris

  • 2012

Walk the Line, Centre Culturel de Flaine, Flaine

  • 2011

Images d’un monde en ruines, Le VOG, Fontaine, en Résonance avec la Biennale de Lyon

  • 2010

Starving in the Belly of the Whale, résidence et exposition, avec Anthony Lenoir, Véranda, Université Pierre Mendès France, Grenoble

  • 2007

Lost Highway, Galerie 1918 ArSpace, Shang-Hai, Chine

  • 2018 (Prévision)

Images de la révolte, Institut Français, Stuttgart, Allemagne

  • 2017

Rendez-vous 15, CAFA Museum, Pékin, Chine

Irrévérence, musée de peinture, Grenoble

Exposition inaugurale de la galerie Marielle Bouchard, Grenoble

  • 2016

Salon Multiple Art Days (MAD), La Maison Rouge, Paris

Solarium – Arrière-plan, piscine Pétriaux, anciens thermes d’Aix-les-Bains

Le temps de l’audace et de l’engagement – De leur temps (5), (ADIAF), institut d’art contemporain, Villeurbanne/Rhône-Alpes

  • 2015

Regard dévoilé, Le VOG, Fontaine

空斯文里 Kongsiwenli, The fireflies gathering, 斯文里 Siwenli, 上海 Shanghai, Chine

Rendez-vous / Biennale de Lyon 2015 , Institut d’art contemporain, Villeurbanne

Who’s afraid of picture(s)2 ? A cent mètre du centre du monde, Perpignan

Who’s afraid of picture(s)? Ecole d’Art et Design, Grenoble

Drawing Now / Le salon du dessin contemporain, représenté par la Galerie Metropolis, Le Carreau du Temple, Paris

  • 2014

Drawing Now / Le salon du dessin contemporain, représenté par la Galerie Metropolis, Le Carreau du Temple, Paris

  • 2013

Drawing Now / Le salon du dessin contemporain, représenté par la Galerie Metropolis, Carrousel du Louvre, Paris

Echo(s))) / Site Novaciéries à Saint-Chamond, Focus Biennale de Lyon

  • 2012

AUTRES – Être sauvage de Rousseau à nos jours, Musée Château d’Annecy

  • 2010

A Simple Story, Galerie mladých, Brno, République Tchèque

Libido Mortido, Island 6 gallery, Shanghai, Chine

Mountains, Duplex gallery, Sarajevo, Bosnie

  • 2009

Bad Painting, Naço gallery, Shanghai, Chine

Kaleidoscope, Le miroir de l’océan de l’Ouest, Institut Français, Köln, Allemagne

« La peinture de Johann Rivat s’est construite autour d’éléments caractéristiques. Des formats rarement inférieurs à 100 x 120 cm et jamais supérieurs à 230 x 340 cm. Une absence de cadre autour de la toile qui laisse les bords du châssis apparents. Une image qui se compose de deux surfaces plus ou moins égales comprenant une partie basse occupée par l’espace terrestre et une partie haute révélant le ciel. Un élément central, qu’il s’agisse d’une architecture, d’un objet, d’un animal ou depuis peu d’un homme vient créer le lien entre les deux autres parties. Le traitement de la matière picturale – des alkydes, des huiles et des peintures à carrosserie – passe par une volonté de jouer avec son imparfaite maitrise et d’accepter qu’elle agisse de manière autonome sur la représentation. Les images choisies pour composer les différentes scènes sont issues de divers médias allant de photographies glanées sur Internet à des clichés personnels, en passant par des scènes de films, des chansons ou des descriptions littéraires. […] Ses représentations se construisent par la couleur, d’après une technique qui part du sombre vers la lumière afin de faire émerger l’image. Comme il le dit : « La couleur doit faire image ». […]
Son rapport à la peinture en tant que matière lui a aussi ouvert les portes vers une approche non figurative. Pour certaines expositions, il s’est mis à projeter directement de la peinture sur les vitres mais aussi à récupérer les bâches de protection et les chiffons qu’il utilisait pour les tendre sur des châssis afin de réévaluer la valeur esthétique de ce qui était jusqu’alors au mieux des outils, au pire des déchets. […]
Si l’homme tient une place centrale dans son œuvre, il en est pourtant quasiment absent car très peu représenté. […] Pourtant depuis peu, il semble que la figure humaine et le contexte aient repris une importance et une vitalité non négligeable par le biais de sa série de dessins Uncivilized et de peintures telles que Echoing through the street et Survivalism.
À la vue des différents mouvements de protestation que le monde connaît et des formes de manifestations et d’affrontements qui ont trouvé un nouvel échos dans les médias, Johann Rivat s’est mis à peindre des hommes et des femmes qui se retrouvent dans le feu de l’action. (…) Des larges paysages naturels, nous sommes revenus dans la rue où quelque chose est en train de se jouer. La révolte gronde et ce n’est évidemment pas anodin si il la représente. […] En refusant de contextualiser précisément ses scènes, l’artiste montre l’universalité de l’événement pour se laisser une nouvelle fois la place de développer une recherche picturale intemporelle. […]
Et si Johann Rivat, par ces dernières toiles avait en réalité enclenché un retour progressif à la cause de l’absence de l’homme dans les précédentes. […] Et si il s’attelait à nous montrer les événements précédant la disparition de l’homme de son monde post-apocalyptique. Et si son apocalypse n’était qu’un moment où se « révèle la vérité ». Et si il n’avait jamais réellement parlé de notre monde mais d’un univers parallèle où « l’être humain se dresse, non pas contre le monde ou contre la nature, mais contre la fausseté, contre le mensonge, contre un vivre ensemble de plus en plus injuste. ». Et si peindre, c’était désormais, résister. »

Extrait de Et si…, Anthony Lenoir, 2015