MAURICE RAPIN

  • 1953

Première exposition à la Galerie  L’étoile Scellée, avec Marcel Duchamp, Max Ernst, Wifredo Lam, Méret Oppenheim

  • 1954

A l’ombre du troc, Galerie L’Etoile Scellée, Paris

Pitura surrealista, Lima

  • 1970

Collectif 70, Gare Montparnasse, Paris

  • 1974

Propositions 74, Paris

  • 1975

Rapin : Ecart au réalisme, Cinéma Ranelagh, Paris

  • 1977

Trompe-l’œil provoqué, Galerie Jean Claude Riedel, Paris

Solo show, Dantzenberg Gallery, Bruxelles

  • 1978

Peindre comme on dessine et dessiner comme on écrit, Galerie Jean-Claude Riedel, Paris

  • 1979

XXe Anniversaire de la Révolution Cubaine, UNESCO, Paris

La machine souriante, Université Libre de Bruxelles

  • 1980

Figuration Numérique et Modélisation, Galerie Jean- Claude Riedel, Paris

  • 1992

Maurice Rapin : Figuration Critique, Musée de Beaux- Arts de Mons

  • 2007

Hommage à Mirabelle Dors et Maurice Rapin, Maison du Schématisme, Noyers sur Serein

  • 2017

Maurice Rapin, le peintre caché, Galerie Detais, Paris

 

“Montrer Maurice Rapin est pour moi un grand honneur : ce livre prolonge le plaisir de la découverte, ou de la redécouverte, d’un artiste qui a pendant plus d’un demi siècle précédé les imaginaires de la peinture figurative.
Parcourant encore une fois ces pages sur lesquelles se fixe la mémoire d’un homme concis et prolifique, j’ai l’impression de traverser aux côtés d’un maître bienveillant l’histoire d’une école de peinture qui, derrière les mêmes couleurs, a réuni et réunit encore René Magritte comme Robert Combas, Clovis Trouille comme Pierre Monestier, Henri Cueco comme John Baldessari, Max Ernst ou Keith Haring.
Enjambant les frontières et les époques, transcendant les styles et ne s’abîmant pas dans les querelles de chapelles, la peinture de Maurice Rapin déploie sa puissance sur d’innombrables panneaux d’isorel, de bois ou de papier.
L’homme faisait feu de tout bois : laconique, choisissant avec parcimonie ses amis parmi ses nombreuses relations, il s’épanchait dans l’atelier solitaire de la maison de Chaville tout en se nourrissant de la fréquentation des artistes de son temps, mais aussi de poésie, de politique, de chimie ou de cinéma. Sans aucun doute, sa façon de faire image met en oeuvre une grande culture artistique et scientif ique et condense une époque artistique cruciale.
Montrer l’oeuvre de Maurice Rapin : une telle entreprise peut diff icilement rendre compte de l’ensemble de ses inspirations, de son travail, ou d’une recherche sans cesse en mouvement – j’ai voulu humblement rendre hommage à un immense peintre, un peintre caché en quelque sorte, tant, de son vivant, il s’est dérobé au succès.
Les oeuvres que nous exposons dans ce catalogue et sur nos murs, escortées par les mots de ses amis et par un important travail de recherche qui resitue et restitue Rapin, donnent l’occasion de vivre encore une fois l’histoire de la Figuration narrative en train de se faire, et de mesurer le rôle visionnaire que Maurice Rapin, et Georges Detais, ont pu y jouer.
Pour une galeriste, permettre à une oeuvre aussi importante de rencontrer de nouveau le public représente à la fois un défi et l’aboutissement d’un long travail, le sentiment d’un devoir accompli : celui de montrer ce qui était jusqu’alors invisible.”
Sabine Bayasli
  • ALTAGOR André Vernier, dit (1915-1994) : Géomètre après avoir été manoeuvre dans une usine. Il crée la « métapoèsie », poésie phonétique de la voix aux timbres inouïs.
  • ANDRALIS Juan (Grèce 1927-Argentine 1994) : Grand joueur d’échecs, participe aux activités du groupe surréaliste à partir de la f in des années 1940 à 1955, date à laquelle il cesse de peindre.
  • BOURGIN Pierre (1901-1986) : Peintre et chercheur scientif ique spécialiste de la systématique des arthropodes, assistant au Laboratoire d’entomologie.
  • BUVAT Roger (Puteaux 1914-Marseille 2001) : Eminent biologiste spécialiste de cytologie végétale.
  • COINTE Daniel : Poète et écrivain collabore à la TPS.
  • COURMES Alfred (Bormes-les-Mimosas 1898-Paris 1993) : Peintre surréaliste, « promoteur d’une nouvelle forme d’esprit, moins dirigée peut-être vers l’humour que vers un libre jeu de la sensibilité et de l’intelligence » écrivent Mirabelle Dors et Maurice Rapin dans TPS (2 mai 1961).
  • DESCHAMPS François : Ami de lycée de Maurice Rapin, philosophe, il a notamment écrit un texte dédié à René Magritte, « Signes, sens, dialectique » dans la revue Temps Modernes, n°2, 22 novembre 1964.
  • DOUMARYOU Guy (1925-Narbonne 2011) : Essayiste, écrivain et architecte surréaliste français, spécialiste de l’architecture sacrée ; parmi ses publications : « Essai sur le géographie sidérale des pays d’Oc et d’ailleurs » (Union générale d’éditions, 1976, Paris).
  • DUPREY Jean-Pierre (Rouen 1930-Paris 1959) : Poète, peintre et sculpteur surréaliste, auteur de « Derrière son double » (Ed. du soleil noir 1950). Grâce à Breton et Max Ernst, il a bénéficié d’une notoriété considérable, « mais d’une sorte qui n’était pas celle de poète à succès. »
  • DUPREY Jacqueline : Assistante sociale. Ecrit dans “Le billet surréaliste” : “Raison et coefficient de sécurité”, “Un chat égale trèfle” dans Médium, “Un chemin semé d’embûches”, “Polaire” et “La seconde forêt sacrilège”, en collaboration avec Jean-Pierre Duprey (inédit).
  • DAUSSY Raymond (1918-2010) : Peintre engagé à gauche qui se fait connaître dans les années quarante. Il participe aux activités du “surréalisme révolutionnaire” initié par Noël Arnaud. “La figuration c’est moi” écrit-il.
  • KUJUNGSCHICK Balduinn : écrit dans TPS “Description de 30 tableaux de Maurice Rapin“ (25 juillet 1972).
  • ESTIVALS Robert (1927–Noyers 2016) : Chercheur en science de l’information et en linguistique français, rejoint le mouvement lettriste en 1957 ; avec Villeglé et Dufrêne il fonde « l’Ultralettrisme » (1957), puis le « Signisme » avec Altagor et Chomo, (1959) le « schématisme » (1960), « la bibliologie » (1976 Ouvre « la Maison du Schématisme » avec le professeur Jaques Bertin à Noyers-sur-Seine.
  • LEMITO Albert : Ecrit dans la TPS.
  • LEVER Henri : Ecrit dans TPS à propos de Maurice Rapin « Surréalisme et probabilités » (4 août 1971).
  • MAGRITTE René (Lessines 1898-Schaerbeek 1967) : peintre incontournable du surréalisme, il entretiendra avec Maurice Rapin une amitié solide et une correspondance appuyées.
  • MOUNIERE Jean Marie : Editeur.
  • NAUM Gellu (1915-2001 Bucarest) : Poète surréaliste, prosateur roumain.
  • RIVAIS Yak (Fougères 1939) : Ecrivain, essayiste et peintre. Ayant exercé comme instituteur (1959-1995), il commence à écrire à la demande de ses élèves des livres pour la jeunesse. Parmi ses derniers, « Fables Impertinentes », « Gargantua »… Il fonde la TPS avec Maurice Rapin et Mirabelle Dors en 1979. Il a été le président du Prix de l’Humour noir en 2006.
  • RODANSKI Stanislas (1927-1981) : Exclu du groupe le 4 novembre 1948 en raison d’une caricature de Maurice Henry où il était écrit « Le cadavre exclu, ne boira pas le vin nouveau ».
  • ROGER Bernard : Architecte surréaliste, élève d’Auguste Perret ; écrit « Paris et l’Alchimie » Paris Ed. Alta (Umbra Solis).
  • PRENANT Marcel (Champigneulles 1893-Paris 1983) : Zoologiste et parasitologue français.
  • ROUGET Jean Pierre: Ancien élève de Maurice Rapin en mathématiques élémentaires, poète publié dans TPS : “Le lyrisme de Jean-Pierre Rouget“ (2 mai 1961)
  • SCUTENAIRE Louis (Ollignies 1905-Bruxelles 1987) : Ecrivain et poète surréaliste belge, complice de René Magritte, ami de Paul Nougé, Goemans, Messens. Par sa grand-mère Irène, il descend d’une lignée de forgerons maréchaux-ferrants andalous chassés en 1850 en Picardie Belge par la reine Marie-Christine parce qu’ils étaient cabalistes.
  • TROUILLE Clovis (La Fère 1889-Neuilly-sur-Marne 1975) : Peintre amiennois proche des Surréalistes, ami de Rapin, il cultive tout au long de sa vie un anarchisme décapant qui le conduit à s’éloigner du marché de l’art et des groupes constitués.
  • ROY Pierre (Nantes 1880-Milan 1950) : Peintre formé à l’architecture, auteur de décors de ballets pour lesquels il exerce son goût de la perspective, il participe à la première exposition des Surréalistes en 1925 ; son oeuvre spontanée et puissante connaît dès les années 1930 un succès international avec en particulier une exposition au MoMA de New York en 1936.
  • VANDAS Drahomira (Prague 1919-1966) : Poétesse, compagne du poète, plasticien et photographe surréaliste Jiunrïch Heisler. Auteure de « Je m’élance parmi les lumières » (manuscrit inédit de 1962).